Passepaille

Passepaille: Période « Guerre de Cent Ans »

Né d’une famille d’honnêtes artisans tonnelier ce brave homme se lancera dès son plus jeune âge dans une quête sans faille , celle de la truande !
passepailleAu grand dam de ses géniteurs , ce petit sacripant connaîtra très tôt le pilori et le carcan plus qu’il ne fréquentera les érudits que son père voulait lui faire côtoyer . Mais vers l’age de 18 ans il va enfin retrouver le chemin du foyer familial et se mettre au travail avec son père . Un changement radical de conduite , surprenant et totalement inattendu . Les parents n’eurent dès lors , cessent de se féliciter de l’heureux retournement de leur rejeton . Il travaillait jour et nuit , et souvent plus la nuit… le travail au noir ne lui faisait pas peur.

A vingt ans il se marie avec une jeune fille de 5 ans sa cadette , fille d’un tisserand bien en vue à la cour du roi Charles VI , la belle Bathilde. Dès ce jour le jeune couple connaîtra une ascension sociale extraordinaire , le jeune homme amassant une coquette fortune grâce à son don pour le commerce . Malheureusement , au grand désarroi de son épouse , elle vit un jour les gens d’armes du Roi emporter son mari .

Celui-ci fut emprisonné et Bathilde découvrit avec horreur au cour du procès que son cher Bertrand, car tel était son prénom , n’était en fait qu’un gredin de la pire espèce , chef d’une bande de voleurs , d’escrocs de faux monnayeurs et même d’assassins .

passepaille-2 A l’issu du procès , Bertrand Gandin dit « Passepaille » fut condamner à la pendaison après avoir subit le supplice de la roue. Par quel miracle échappa-t-il à la mort , nul ne le sait , toujours est-il qu’aujourd’hui Passepaille a retrouvé , dans une autre région , une autre bande de malfaisants , navreurs de vertus et francs buveurs et continu ses actes délictueux avec un autre larron peu recommandable , le fameux Baron.

A 152 ans, il cours toujours la gueuse, si elle ne cours pas assez vite ou si il lui manque une jambe …