Subotaï le vaillant

Moi, Jacques du Plessis des roches, enfant puîné d’Albert du Plessis des roches, je suis venu au monde, le 24 avril 1168, en cette bonne terre d’Aquitaine.

Jacques du Plessis des Roches A l’âge de 17 ans, suite au décès de mon père, j’ai dû quitter le domaine qui revenait à mon aîné et partir à
l’aventure afin de mettre en pratique la formation que m’avait donné mon père sur le métier des armes.

Ayant appris que des seigneurs normands partaient guerroyer en Italie, je me suis mis à leur service. Participant à toutes les batailles menées contre les infidèles ou contre les lombards, j’ai gagné une réputation de fier combattant et surtout beaucoup d’argent. Ce qui m’a permis d’avoir à ma solde une petite troupe de chevaliers et hommes d’armes.

En cette année de 1189, j’ai rejoint Richard, roi d’Angleterre pour participer à la reprise des territoires chrétiens de Terre Sainte qui étaient tombés aux mains des infidèles, deux ans plus tôt. Le roi de France, Philippe Auguste participait aussi à cette croisade, mais la solde qu’il proposait était moins élevée que celle de Richard.

En décembre 1192, j’ai décidé avec mes compagnons de rentrer en France. Sur la route du retour, nous avons été
attaqués par des turcs et lors de ce combat, j’ai été séparé des mes hommes et fait prisonnier par nos
adversaires qui m’ont emmené avec eux et vendu comme esclave à des Rus de Kiev.

A l’approche du fleuve Don, nous avons été pris à partie pour une troupe de mongols qui ont exterminé les
hommes de l’est et ont emmené les esclaves dont je faisais parti. Ayant aperçu mon esprit combatif, le chef
m’a pris son sa protection et m’a incorporé dans sa garde personnelle.

Après toutes ces années et à la veille de notre combat contre les chinois du Xia occidental, j’ai été nommé
seigneur de millier par Temüjin notre Genghis Khan. A cette occasion j’ai pris le nom de Subotai le vaillant en
hommage à mon maître Subotai l’un des amis de notre Khan.

Subotaï le vaillant